Les anciens contrats d’assurance vie moins rémunérés que les nouveaux

Afin de dresser un bilan fidèle de la situation, le magazine Le Particulier a décidé, pour sa parution du mois de juin 2012, de s’intéresser aux rémunérations servies par les contrats d’assurance vie et de comparer les rendements des formules plus anciennes à celles actuellement distribuées.

Des résultats qui montrent de réelles inégalités

N’ayant pas réussi à obtenir d’informations de la part des professionnels du secteur, le magazine a donc fait appel à ses lecteurs pour connaître le taux de rémunération des fonds en euros souscrits voilà quelques années laissant alors apparaître des rendements plus bas que ceux qu’affichent aujourd’hui les solutions en cours de commercialisation, la différence pouvant parfois atteindre, dans certains cas, jusqu’à 1 %.

Aucune explication logique donnée

Selon Le Particulier, cela est d’autant plus étonnant qu’aucune raison valable ne semble pouvoir venir justifier cela, reconnaissant toutefois que l’intérêt des professionnels reste, bien entendu, d’encourager à la souscription de nouveaux contrats, le fait que ceux-ci affichent des performances plus attractives pouvant alors contribuer à cela.

Des solutions pourraient être trouvées

Malgré cela, certaines réponses pourraient être apportées grâce notamment à l’amendement Fourgous qui offre la possibilité aux épargnants de transformer leur contrat monosupport en un contrat multisupports, la contrainte d’un investissement à au moins 20 % sur des fonds en unités de compte apparaissant cependant comme un élément peu encourageant contrebalancé, à l’inverse, par la conservation de l’antériorité au niveau fiscal.

Dans le cas où ces avantages pourraient être abandonnés sans trop nuire à la rentabilité du placement, la possibilité d’ouvrir un nouveau reste, évidemment, à prendre en considération pour bénéficier de meilleures prestations.

Cet article a été publié le mercredi 13 juin 2012 à 18 h 14 min et est classé dans Non classé. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Les commentaires et pings sont fermés.

Les commentaires sont fermés.